L’histoire de l’insaisissable guimauve

Venant juste de débuter dans la « blogosphère culinaire », je ne sais pas trop comment un billet sur une tentative de recette non réussie sera perçue, ou même si c’est recommandé, mais je crois qu’il est important de savoir que, non, tous les bloggeurs culinaires ne sont pas nécessairement des experts, en particulier les novices comme moi. Nous continuons d’apprendre tous les jours, et c’est ce qui est arrivé avec ma première tentative de confiserie.

Voici donc l’histoire de l’insaisissable guimauve (et la leçon que j’en ai tiré).

Au début du mois, je suis tombée sur la recette d’Isa de Guimauve à l’Erable. J’avoue ne pas être grande amatrice de guimauve, mais j’aime le sirop d’érable et j’ai aimé que, contrairement à la plupart des recettes de guimauve que j’ai pu lire jusqu’à présent, elle ne comporte pas de sirop de glucose. Il ne m’a pas fallu plus de 2 secondes pour me décider à les faire. Cependant, il y avait une ombre à mon tableau : tout le monde à la maison n’aime pas le sirop d’érable.

La solution la plus évidente fut d’utiliser un autre sirop, mais le choix fut cornélien. C’est alors que j’ai visité The Pink Whisk et lu la recette de Ruth Clemens sur la guimauve au sorbet framboise. Ça semblait très tentant. A la fin de la recette, Ruth encourage ses visiteurs à essayer avec d’autres purées de fruit, mais également de la crème de citron. En fait, j’avais un pot de lemon curd dans mon placard. Génial !

Comme je ne pâtisse pas assez souvent pour justifier l’achat de sirop de glucose et d’acide citrique, comme Ruth, j’ai décidé de combiner sa recette et celle d’Isa pour concevoir la mienne.

L’idée de départ était plutôt bonne, je crois. La première tentative, cependant, fut un lamentable échec. Bien qu’il m’arrive de faire de la crème de citron ou de citron vert à l’occasion, l’utilisation du produit tout prêt n’est pas forcément la meilleure idée. Le mien a à peine atteint la température désirée (127° à 130°C), a caramélisé et est devenu marron. C’est pas franchement sexy !

Je me suis donc retrouvée avec des blancs d’œufs battus et pas vraiment emballée à l’idée d’en faire de la meringue.

Mais comme dit l’expression anglaise : quand la vie te donne des citrons, fais-en de la limonade. C’est donc un peu ce que j’ai fait, au sens propre comme au figuré. J’ai fait un sirop et parfumé ma guimauve avec du jus et du zeste de citron.

Gustativement, ça n’était pas mauvais du tout. Pour la consistance, c’est une toute autre histoire. Peut-être que le plat dans lequel j’ai versé ma préparation était trop grand et la guimauve est donc devenue trop fine. Peut-être que je n’ai pas correctement battu mes blancs et ils ne sont pas devenus aussi onctueux et brillants qu’ils auraient du. Peut-être qu’il faut un super robot KitchenAid (ou un du même type avec un grand bol ouvert et un gros fouet) pour bien incorporer de l’air au mélange et qu’il refroidisse correctement… Je ne sais pas…

La prochaine fois, j’essaierai avec un batteur électrique et j’espère pouvoir vous montrer de la guimauve à vous faire baver d’envie.

D’ici là, je vous souhaite un bon weekend, et si vous avez déjà essayé de faire votre propre guimauve, n’hésitez pas à partager votre expérience🙂

Une réflexion sur “L’histoire de l’insaisissable guimauve

  1. Pingback: Soupe de wontons | Ala Lemon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s